Au large du Brésil, neuf skippers dans un mouchoir de poche

Au 65ème jour de course et à 4500 milles de l’arrivée, neuf bateaux se trouvent dans un mouchoir de poche au large de Rio de Janeiro.

Alors qu’ils ont effectué plus de 80% du parcours de ce tour du monde à la voile, tout reste à faire! Pourtant Yannick Bestaven paraissait bien installé aux commandes du Vendée Globe alors que devant Buenos Aires il jouissait de 400 milles d’avance sur son plus proche poursuivant, Charlie Dalin, et bien plus encore sur le “groupe de chasse” à plus de 600 ou 700 milles de son tableau arrière.

Mais alors que Yannick Bestaven avait eu une navigation au cordeau dans le Pacifique, il est allé s’encalminer dans une zone de molles à la côte du Brésil, où il est resté scotché pendant presque 3 jours. Pendant ce temps la meute des skippers affamés remontaient plus à l’est dans l’Atlantique et gagnaient beaucoup plus vite vers le nord.

Yannick Bestaven bien malheureux et Charlie Dalin sans pitié!

Beaucoup de conjectures sur la suite avec beaucoup de candidats à la victoire finale. Louis Burton a par exemple effectué une fantastique remontada depuis la réparation de son système de grand-voile, en tête de mat, sous le vent de cette île désolée du Pacifique sud, l’île Macquarie. Il était reparti avec plus de 900 milles de retard sur le leader, il est maintenant 3ème de la course à 21 milles, c’est à dire rien.

Revenu à 120 milles de la tête de course, Jean Le Cam fait à nouveau partie des possibles vainqueurs, il disposera à l’arrivée d’une compensation de 16 heures et 15 minutes pour le sauvetage de Kevin Escoffier au large de l’Afrique du sud. Il va encore feindre l’étonnement alors qu’il cravache sa monture. Mais Yannick Bestaven disposera lui aussi d’une compensation de 10 heures et 15 minutes pour le même motif.

Le match était annoncé inégal entre “foilers” et “dérives droites”, mais jusqu’ici les foilers sont décevants, davantage une source d’avaries que de gains de vitesse. Alors les foilers vont-ils ressusciter lors de cette nouvelle bagarre et justifier les budgets engloutis, avec du vent et dans une mer mieux “rangée” par les alizés? Les paris sont ouverts!

Derrière on continue de passer la Cap Horn … Bravo à Pip Hare, l’inaltérable Viking de la course. Sa joie immense de passer le “Keipppe Aunnnne”, c’est de l’anglais, est terriblement communicative. Elle aura connu des moments épouvantables dans le Pacifique, lâchée elle aussi par ses mesures de vent, obligée de veiller en permanence sur une mer affreuse. Mais ici une viking radieuse, sortie de l’enfer, sur fond de gros rocher lugubre.

“C’est le plus fier moment de ma vie”

C’est un peu la course du Figaro devant Rio de Janeiro!

Cliquer sur l’image pour obtenir toute la carte, le classement actuel, les positions et vitesses des bateaux

Les prévisions météo sur la tête de course, centrée sur la position actuelle du leader.

meteoblue
Please follow and like us:
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Qu'en pensez-vous? Merci de vos commentaires!x
()
x